Voir : Actualités

Exposition d’or, d’argent et d’encres 20 octobre 2017 au 14 février 2018

Exposition d’or, d’argent et d’encres 20 octobre 2017 au 14 février 2018     « Quand j’ai demandé à l’artiste si elle voulait bien accrocher quelques aquarelles à mes cimaises j’étais loin d’imaginer qu’elle me ferait un tel cadeau. Cette exposition est le résultat d’un lente maturation-réflexion suivie d’un envol. C’est un véritable partage qu’elle nous propose par son travail plein d’élégance et de tension, de force et de fragilité. Force et beauté… » (Bernard Biernaux)         « Quel bonheur, quelle chance d’exposer le travail d’Isabelle dans mon espace de vente. Elle a su brillamment intégrer celui-ci en adaptant le format de ses aquarelles à la géométrie du lieu. Par de subtiles touches d’or et d’argent posée sur ses aquarelles elle a fait un très beau lien aussi avec mes propres créations. » (Bernard Biernaux)    ...

Exposition Centre Médical Spécialisé Médimarien – Bruxelles, juin 2017

Exposition Centre Médical Spécialisé Médimarien – Bruxelles, juin 2017 ...

Exposition privée, septembre 2016

Exposition privée, septembre 2016  ...

Chez des amis – juillet 2016

Chez des amis – juillet 2016 ...

Exposition privée, septembre 2013

Exposition privée, septembre 2013              ...

Marianne Belgique de juillet 2013

Marianne Belgique de juillet 2013 ...

Exposition au Cercle d’Histoire de l’Art et d’Archéologie de l’ULB – Bruxelles, mars 2012

Exposition au Cercle d’Histoire de l’Art et d’Archéologie de l’ULB – Bruxelles, mars 2012  

Exposition « Morceaux choisis » – Namur, novembre 2011

Exposition  « Morceaux choisis » – Namur, novembre 2011

Regard sur l’oeuvre (J. Devos)

Regard sur l’oeuvre (J. Devos) Isadel est une calligraphie, celle d’un vrai nom d’artiste … Un nom qui s’exprime dans un univers tout entier de langueurs, où la femme suggestive pose, en complet abandon, dans la révélation de sa complète nudité, tempête de teintes aux mystérieuses odalisques ludiques et impudiques. Peu de visages, rien que des mouvements, de la timidité à l’orgasme ! Dans cette galerie du réveil des sens, au détour du parcours des humeurs, la courbe danse et s’esquisse en véritable extraction des perceptions, telle une maternité à la plénitude des formes, et dont les tracés, rigoureux et presque tranchants, seraient tour à tour austères ou bouillonnants … Et si l’observateur, absorbé et songeur, se délecte volontiers de la contemplation de ce jaillissement de tentations, c’est sans doute parce que le calame de l’artiste, non sans une certaine provocation des thèmes, imprime avec extase sa griffe stricte et furtive dans la trame rude et épaisse des supports … L’inspiration se veut orthographiée dans l’éphémère contraste du sec et de l’humide. Le trait, libre et épuré, se décrit dans le ténébreux état d’un jet intermédiaire liant, dans la profondeur d’un court moment, l’environnement et la pensée. Mais que le voyageur attentif, scrutateur et rêveur, ne s’y trompe et ne s’y précipite pas ! Car de la contemplation à l’artifice, si l’expression s’intitule avec précision, l’imagination se laisse aussi être volontiers débridée. Postures et attitudes, émois et instantanés se déclinent donc dans tous les entrelacements et entrelacs d’un instant éphémère, au gré des courants de l’encre au sillon jadis précis qui, l’inspiration insufflée, s’effiloche en veinules armoriées, telles les eaux salines de la marée descendante qui se retire sur la grande plage d’Oléron. Fuite volontaire de la courbe dessinée, liberté déliée de la forme hiératique incarnée … où la femme repose alanguie tout autant comme une offrande qu’une allégresse, modèle de beauté, d’amitié et d’amour. De l’obscur noir de Chine au safran doré égyptien, du brou de noix délétère au pourpre impérieux, les plages nuancées et bigarrées s’étirent de l’aurore des plans premiers jusqu’à la méridienne des décors secondaires, mélangeant perspective et introspection, méandres du bois ou générosité de la terre. L’onde colorée se décompose ainsi en champs souvent aléatoires, exprimant la timidité ou l’orgasme, symboles et conséquences de l’exubérance ou véritables instrument d’une étreinte. En somme, défeuiller la production artistique d’Isadel, c’est à foison s’abreuver, sans détermination ou retenue, à la matière brute et à l’essence même de l’existence, et gouter avec profusion à cette « origine du monde » qui, du hasard à l’accident, tempère et écrit la vie. Toute une cosmogonie et une création artistique … Julien Devos (Août...

Exposition « Désirs d’image – images du désir »

EXPOSITION au Centre d’Information et d’Accueil du Service Public de Wallonie à MONS en décembre 2009  « Cette nouvelle exposition d’Isadel met à nouveau en images l’infinie diversité du corps dans une sorte de voyage dans l’aléatoire et par une écriture qui utilise le jet du pinceau et le trait du calame pour fixer dans une immobilité de l’instant la réunion de l’inconscient, du silence, du désir, du plaisir, de l’envie et de la création.  Le dialogue entre l’œuvre et l’artiste est une sorte de danse dans laquelle les gestes sont une exploration où l’encre, le papier et les mouvements de la main réalisent, dans une alchimie du hasard dirigé, une fusion du sec et du mouillé, des sentiments et de la matière.  La représentation ainsi obtenue est un instantané, à la fois corps et paysage, d’une fluidité et d’une dynamique qui sont le fruit d’une nécessité intérieure et d’une concentration de la pensée.  La production d’Isadel nous fait à nouveau pénétrer dans ce monde particulier qui est à la fois un dans sa diversité et un dans sa variété. Le regard, ou plutôt les regards ne peuvent qu’amener la surprise du spectateur emporté dans un univers de contrastes, d’harmonie et de profondeur. » YRID  ...

Exposition au jardin d’Epicure

A BRUXELLES DU 25 MAI AU 12 JUILLET 2008  Les Jardins d’Epicure…Un lieu, chaleureux et vivant, qui change, se transforme et se construit peu à peu… Au rythme des saisons et de l’évolution de la vie… Voilà comment je le perçois…  Un espace, non à remplir mais à investir, le temps de quelques semaines…  Je voudrais que l’exposition soit comme un chant : avec l’expression d’émotions mais aussi des silences et des respirations…  On y trouvera des mots dans 3 livres : l’un du passé avec ce que j’ai réalisé ultérieurement avant 2006 ;  l’un du présent, reprenant les images et les commentaires sur mon blog que je complète à chaque création ; et l’autre du futur, un livre blanc… pour les spectateurs…  On y trouvera aussi des dessins qui sont l’expression d’un état, d’un état instantané… Ils sont des lettres d’amour…...